Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Evaluation de l'affichage des écrans Huawei P20 et P20 Pro

Ecrans Huawei P20 et P20 Pro

Les Smartphones Best Seller P20 et P20 Pro de la marque chinoise Huawei, sont différents en termes de technologie d'écran et d'affichage. Pour le P20 plus petit, le fabricant a opté pour un écran LG RGBW, tandis que le plus grand P20 Pro a un écran Amoled fourni par Samsung.

En ce qui concerne la qualité globale et les angles de vision, les deux téléphones offrent une excellente expérience visuelle. L’écran LCD du P20 est particulièrement impressionnant, il offre d'excellents angles de vue pour un dalle de technologie LCD. La qualité est comparable aux afficheurs des mobiles Apple et LG de même génération.

La particularité du Huawei P20 est la disposition des sous-pixels RGBW. En théorie, cela permet une meilleure transmissivité de la lumière car les sous-pixels blancs laissent davantage de lumière. Le problème ici est qu’il ne s’agit pas d’une disposition de 4 sous-pixels par pixel logique, mais plutôt d’une disposition personnalisée avec des configurations de sous-pixels mixtes. Avec une résolution 1080p inférieure, il en résulte une résultat effectif et une netteté remarquablement inférieures à celles attendues d’un écran 1080p traditionnel. Le résultat final est beaucoup plus proche de la netteté d’un OLED.

En termes de gestion des couleurs, bien que les P20 soient livrés avec le système Android 8.1, ils ne proposent aucune gestion des couleurs. Ils prennent uniquement en charge le contenu HDR.

Les paramètres de Huawei reposent sur deux modes et sur le cercle de couleur désormais commun pour affiner la balance des blancs. Le mode couleur normal du téléphone cible l'espace colorimétrique sRVB, tandis que le mode Vif cible l'espace DCI P3 avec une cible gamma de 2,2.

Sur le P20 Pro, la précision de l’échelle de gris de l’écran OLED est bonne, bien qu’il y ait des problèmes en termes de température de couleur par défaut et de gamma cible. On retrouve les modes par défaut du P20 Pro beaucoup trop chauds - parmi les préréglages présents dans les paramètres d'affichage, le mode "Froid" est celui avec le moins de teinte rouge et une température de couleur moyenne de 6194K. Huawei a également ciblé un gamma légèrement supérieur à 2,31, ce qui se traduit par un contenu légèrement plus sombre qu'il ne le devrait.

En termes de luminosité, l’écran affiche jusqu’à 404-410 nits en mode manuel tout en passant à 562 nits et en gamma artificiellement faible dans les environnements à forte luminosité. La luminosité minimale est de 1,8 nits, ce qui procure une expérience de lecture nocturne confortable.

Huawei propose des filtres de température de couleur pour réduire la fatigue oculaire sur les deux appareils; cela peut être configuré en fonction des paramètres automatiques du capteur de lumière ou d'un programme personnalisé. C'est une bonne chose que le constructeur permette de configurer le facteur de filtrage et de permettre à l’utilisateur de choisir exactement sa température de couleur préférée dans un réglage séparé qui ne concerne que la fonction Eye Comfort.

Les mesures de luminosité sur le P20 avec l’écran LCD sont similaires à celles du P20 Pro. La luminosité maximale en mode manuel atteint 415nits tandis que le mode de luminosité élevée en autobrightness augmente jusqu’à 624nits à 100% APL.

Alors que le P20Pro présente des températures de couleur trop élevées dans son réglage par défaut, le petit frère pour sa part propose la caractéristique inverse lorsqu'il est livré avec une température par défaut très froide. A noté, que le préréglage choisi est le plus proche qui se rapproche d'une température de couleur cible de 6 500 K et dans le cas du P20, c'est le préréglage "Chaud". Malheureusement, même ce réglage le plus chaud dépasse toujours l'objectif et aboutit à une moyenne de 6771K, ce qui donne une légère teinte bleue. Huawei offre la possibilité de régler avec précision la température, mais sans valeur discrète ni axe de coordonnées disponible dans l'interface.

La luminosité minimale est tout aussi remarquable à 1,5 nits et l’affichage maintient un rapport de contraste d’environ 1360:1, ce qui est encore relativement moyen pour les LCD embarqués sur mobiles.

En termes de précision de l’espace colorimétrique, les modes normal et vif ont été testés sur les deux Smartphones. Sur le P20 Pro, un excellent résultat de DeltaE2000 de 1,28 en mode sRGB normal. En effet, dans ce mode, le P20 Pro est remarquablement bon avec très peu d’erreur dans le calibrage par défaut (mode Normal Cold).

Dans le mode Vivid ciblant DCI-P3, il est constaté un large décalage de teinte dans le spectre magenta se qui tire beaucoup sur le bleu. Les bleus eux-mêmes dépassent la gamme DCI-P3 et saturent tous les niveaux du spectre. Cela se traduit par un dE2000 de 3,27, ce qui est relativement décevant. En effet, la version Pro est livrée par défaut en mode Vivid, ce qui peut être un peu déconcertant au début.

Sur le P20, les résultats sont pires encore sur les deux modes; Là encore, il s’agit de mesures sur les préréglages disponibles dans les paramètres de configuration des téléphones. Si l’on examine à la fois les résultats sRGB et DCI-P3, il semble que le principal problème ici est un trop grand changement de cap vers le bleu.

Dans le diagramme GMB, le P20 Pro fonctionne à nouveau très bien en mode sRGB, tout en sursaturant vers le bleu en mode DCI-P3. Le P20 n’est pas meilleur dans la comparaison GMB et nous retrouvons le même problème que dans le graphique de saturation: beaucoup trop de décalage vers le bleu, ce qui dans l’ensemble donne au mobile de mauvais résultats dans ses meilleurs pré-réglages, à dE2000 de 3,84 en sRGB et 3,78 dans DCI-P3.

Puissance des dalles LCD et OLED

Une brève mesure de la puissance de l’affichage entre les deux téléphones a été réalisée pour mettre en évidence les améliorations promises de l’affichage RVBW du P20 et également voir comment le P20 Pro de technologie AMOLED se comportait de la même manière que les Smartphones Galaxy de Samsung dotés d'une dalle de même technologie.

Graphique comparatif des ecrans Huawei et Samsung

À une luminance fixe de 200 nits, l'Ecran Huawei P20 consomme une puissance de luminance à l'affichage actif de 411 mW. En divisant cela par la surface de l'écran, nous obtenons une valeur d'efficacité normalisée à ce niveau de luminosité de 4,86 mW / cm². Cela semble incroyablement décevant, car ce n’est pas différent et pire que de nombreux écrans LCD d'autres marques. Il est possible que le fait que le rétro-éclairage du P20 émette un spectre suffisamment large pour couvrir le DCI-P3 ait des conséquences catastrophiques en termes d’efficacité.

Le P20 Pro pour sa part a une puissance de luminance d'affichage active de 601 mW et une efficacité résultante de 6,74 mW / cm², soit une marge de plus que celle mesurée sur le Galaxy S9, ce qui permet de conclure qu'ils doivent utiliser les mêmes émetteurs de génération.

Cela signifie toutefois que le meilleur affichage est celui qui revient au niveau moyen de l'image au cours d'une utilisation quotidienne. Le point de croisement du P20 Pro pour devenir l’affichage le plus efficace serait de 70% APL, ce qui n’est pas mal du tout. Cela ne semble pas avoir beaucoup changé par rapport au chiffre d'il y a quelques années, c'est à se demander : quelle serait la véritable moyenne quotidienne des utilisateurs.

Verdict pour les deux afficheurs

La P20 est relativement décevant en termes d’exactitude des couleurs. Et pour cause, ce dernier n'est pas fourni avec des préréglages suffisamment précis. Il est possible d’améliorer les paramètres par défaut, mais sans outils de calibration, les résultats seront subjectifs. Les avantages allégués en termes d'efficacité énergétique de la disposition des sous-pixels RGBW dans le panneau LG ne se sont pas concrétisés dans les mesures réelles; je ne suis donc pas sûr que ce soit un choix judicieux pour Huawei d'utiliser un tel écran, car sa netteté est remarquable régressions.

L’écran P20 Pro s’est beaucoup mieux comporté en termes de précision des couleurs; mais uniquement en mode sRVB "normal", car le DCI-P3 présentait une sursaturation non corrigible vers le spectre bleu. En termes d'efficacité, le panneau correspond aux appareils de Samsung. Nous devons donc en déduire qu'il s'agit du meilleur que l'AMOLED puisse offrir actuellement.

Sources : anandtech.com
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

SB


Voir le profil de SB sur le portail Overblog

Commenter cet article